Actualité

Il y a quelques semaines, à la Maison du parc, l’échevin des sports Thibault Willem organisait une petite cérémonie de remise des mérites sportifs. 

Le jury avait sélectionné quatre associations : l’ASBL Athena Volley Ball (prix du club), l’ASBL ESN, Eveil Sports Natation (prix du fair-play), l’ASBL Piste de Ski de la Baraque de Fraiture et le Club Salmien de Pétanque (prix de participation pour ces deux dernières), quatre associations qui offrent aux Salmiens et aux touristes un beau choix d’activités sportives et de détente.

Une mention spéciale à l’ASBL Athena Volley Ball dont les différentes équipes (2e provinciale dames, 4e provinciale messieurs, scolaires filles, cadets garçons et minimes) se taillent des premières places ou des places d’honneur dans leur catégorie respective.

(De gauche à droite: Adrien Jacquemart, Audric Schmitz, Maxime Willemet, Thibault Willem, Alix Delforge et Johan Colson)

Des mérites ont également été attribués par le jury à certains sportifs.

Le premier prix pour Audric Schmitz, de Commanster, 17 ans, un champion de judo (ceinture noire) qui ne compte plus les combats et les premières places dans divers championnats. C’est un grand espoir de la Fédération Francophone Belge de Judo.

Le 2e prix pour Maxime Willemet, de Vielsalm, champion de trail (sport de course à pied sur longue distance en milieu naturel). Il a cumulé les premières places et les places d’honneur dans diverses compétitions belges et internationales.

Dimanche 17 septembre 2017, c’est par milliers que des visiteurs ont rejoint la base de l’ASBL Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne pour fêter le 20e anniversaire de l’hélico médicalisé.

Quelle belle fête et quelle belle démonstration de solidarité ! Et il en faut de la solidarité car sans le soutien de la population via la carte d’affiliation ou les dons, il n’y aurait pas d’hélico médicalisé dans notre région.

Le soleil était de la partie, les animations et les bars ont été pris d’assaut ; l’hélico est resté sur place en permanence pour faire partie de la fête (un autre hélico médicalisé était basé à Lierneux avec son équipe pour pouvoir effectuer les missions du jour). 

Des pilotes, infirmiers et médecins étaient disponibles pour répondre aux questions des visiteurs et se sont prêtés de bonne grâce à la prise de photos-souvenirs devant l’hélico avec les nombreux visiteurs qui le souhaitaient.  

(Avec Olivier Pirotte, responsable de la base de Bra-sur-LIenne et infirmier spécialisé en médecine d'urgence, Jean-Michel Grégoire, infirmier spécialisé en médecine d'urgence et Claude Hallet, anesthésiste-réanimatrice. Photo CMH - Nathalie Majerus) 

C’était aussi l’occasion de remercier celles et ceux qui organisent des activités au profit du CMH parmi lesquels les membres du comité de soutien de Tohogne présidé par Jean Maquoi, qui étaient présents pour la remise d’un chèque de 20.550 euros ! 

Une belle séance académique !  

Le vendredi soir, une séance académique a réuni plus de 140 personnalités du monde politique et médical ainsi que des représentants de partenaires du CMH, une séance au cours de laquelle divers intervenants dont votre serviteur, ont pris la parole.

Le rail a été et est encore un atout essentiel pour le développement économique et social de notre région. Dans la première moitié du 20e siècle, des centaines d'habitants de la région ont été cheminots à Gouvy, Vielsalm et Trois-Ponts.

Mais le rail est aussi un marqueur de mon enfance comme fils et petit-fils de cheminot. Je n'oublie pas le bonheur que représentait une journée passée avec mon papa, chef-garde (ou contrôleur de train comme on dit aujourd'hui) lorsqu'il m'emmenait avec lui "faire son service". 

(Jugez de mon émotion quand j’ai découvert dans la maison familiale, il y a quelques mois, une vieille photo jaunie et déchirée représentant des employés et ouvriers de la SNCB devant une machine à vapeur ou juchés sur elle. Une photo  prise à Trois-Ponts en 1912 et sur laquelle une croix avait été dessinée à côté d’un ouvrier, mon grand-père maternel !) 

Les visages burinés et marqués par la dureté de la vie et du travail de ces ouvriers me touchent profondément…

Un programme très copieux pour les journées des 9 et 10 septembre 2017 

Je ne peux pas vous détailler le programme de ces journées tant il est copieux.
Vous l’avez d’ailleurs reçu par la poste. J’en retiens spécialement deux activités (sans compter celles qui ont lieu sur les communes de Lierneux, Trois-Ponts, Stoumont et Gouvy) :

 Jean Yanne, acteur, écrivain et réalisateur ne manquait pas d’humour. En délicatesse avec le fisc français, il avait eu cette réplique : « J'ai déjà essayé de payer mes impôts avec le sourire. Ils préfèrent un chèque. »

Une telle tentative serait vouée à l’échec avec nos Sous-rire. Telle n’est pas leur vocation !

C’est dans la foulée du film Demain qu’un groupe de citoyens de notre région a créé, en juin 2017, le Sous-rire, 8e monnaie citoyenne wallonne et outil économique au service d’une économie locale et durable dans un bassin de vie comprenant notamment les communes de Waimes, Malmedy, Stavelot, Trois-Ponts, Lierneux, Stoumont et Vielsalm.

(Saveurs d'Ardenne, le marché de notre terroir à Farnières et le Sous-rire: même philosophie, mêmes objectifs!)

Une charte d’adhésion...

...est proposée aux commerçants, indépendants et autres producteurs locaux ou prestataires de services avec les objectifs suivants :

« - soutenir les artisans et les entrepreneurs locaux ;

- renforcer et valoriser l’économie locale et les circuits courts ;

- retenir et faire circuler la richesse créée dans la région ;

- favoriser l’utilisation de biens et de services socialement responsables ;

- soutenir les initiatives respectueuses de l’environnement et de l’homme ;

- encourager les choix de consommation responsables et durables ;

- promouvoir en particulier la souveraineté alimentaire ;

- mettre en réseau des petites structures, des commerces de proximité et des initiatives locales ;

- créer du lien social sur base locale tout en favorisant les échanges. »

Belle initiative que celle prise par le Syndicat d’initiative de Vielsalm, sur la proposition de Bernadette Remacle, d’inviter les comités de village à organiser une visite de leur village à la découverte du patrimoine, de richesses géologiques ou encore de lieux de mémoire. « Villages insolites » enrichit encore les belles activités estivales organisées dans notre commune.

(A proximité d'un lieu de mémoire, sur les hauteurs d'Ottré, avec les commentaires de Guy Piette)

J’ai participé à la balade organisée par le comité d’Ottré le 8 juillet 2017. Nous étions une bonne trentaine à parcourir le village et ses alentours avec deux excellents guides du coin, Robert Pirotte et Guy Piette qui nous ont notamment fait visiter d’anciennes carrières de schiste et de coticule, revivre les destructions de la guerre et parcourir des lieux de mémoire.

Nous avons eu aussi l’occasion d’admirer de belles croix de schiste encastrées dans le mur d’enceinte du cimetière et de nous rappeler que le village a compté pendant des siècles des ouvriers carriers, des tailleurs et sculpteurs de pierre, d’excellents artisans dont les œuvres, croix et dalles funéraires, croix des chemins et autres monuments ont traversé le temps et fait l'objet de belles publications comme celles de Carlo Kockerols. 

(Leçon d'histoire par Robert Pirotte) Certaines maisons sont encore revêtues de toits en ardoise, de murs, parements et encadrements de fenêtres en schiste. 

Dans le superbe ouvrage « Ardoise et Coticule en Terre de Salm – Des Pierres & des Hommes », un des auteurs, Bastin Wauthoz, évoque des familles d’ouvriers carriers et de tailleurs de pierre d’Ottré (comme les Piette, Pirotte, Servais, Georis, Renard, Lemaire) dont certains descendants habitent encore le village aujourd’hui.  

Jeudi 20 juillet 2017: animations de rue dès 19h30, prise des clefs dans le parc communal à 21h30 et, ensuite, c'est le sabbat au Tiennemesse. 

Un sabbat que l’on apprécie autant à l'écoute (de savoureux dialogues en wallon) qu'avec les yeux (avec de beaux effets pyrotechniques et des sketches pleins d’humour, un vrai spectacle son et lumière !).

Mais avant le sabbat, dès 19h30des animations de rue lanceront les festivités et se prolongeront par la prise des clefs à 21h30 dans le parc communal.

Et, après le sabbat, la fête continue avec Balkazar dans le parc communal.  

La pièce de théâtre « Le Gouverneur oublié » écrite par Bernard Caprasse sera sans doute jouée à la bibliothèque publique en mars ou avril 2018 à l’initiative de l’échevine Stéphanie Heyden, également présidente de l’ASBL Bibliothèque publique de Vielsalm.

Cette œuvre de qualité a déjà fait l’objet de plusieurs lectures théâtralisées suivies de trois représentations théâtrales à guichets fermés au Centre culturel de Rossignol-Tintigny, sous la houlette du metteur en scène Jacques Herbet entouré d’une belle brochette de comédiens professionnels et amateurs sans oublier une pianiste de talent.

(Stéphanie Heyden, Bernard Caprasse, Jacques Herbet, Samuel Lambert et Marie-Claude Noël lors d'une première réunion de préparation...)

Passionné de culture et d’histoire, Bernard Caprasse fait revivre une période difficile et complexe de la vie de René Greindl, gouverneur de la Province de Luxembourg sous le joug allemand, de 1940 à 1944. 

L’auteur met en évidence les prises de risques et les choix auxquels René Greindl a été confronté : obéir ou désobéir ? Comment utiliser la fonction de gouverneur soumis à l’occupant pour servir la population et comment "résister" dans de telles conditions ?

Farnières, un beau petit hameau de la Commune de Vielsalm niché sur les hauteurs de Grand-Halleux dans un superbe cadre naturel, accueille depuis de longues années des pères Salésiens et des sœurs Salésiennes de Don Bosco dans une belle propriété entourée de 45 hectares de forêts et prairies.

De multiples activités sont organisées dans cette propriété. Ainsi, le château et sa chapelle offrent un superbe écrin à des concerts musicaux de qualité et au Festival des instruments et musiques rares (avec son stage international de musique) sous la direction artistique de Jacques Dupriez.. Dans un tout autre domaine, le mardi 27 juin, aura lieu la première d'un marché estival du terroir "Saveurs d'Ardenne" avec de belles animations musicales. Il aura lieu tous les mardis à partir de 18h.

(Le château construit à l’initiative de Ferdinand Orban de Xivry a été cédé par sa veuve en 1929 aux Pères Salésiens de Don Bosco)

Le domaine de Farnières a été successivement un noviciat pour la Congrégation, une école d’agriculture et un centre spirituel accueillant des retraites.

Aujourd’hui, en toute autonomie par rapport à la présence religieuse sur le site, Farnières accueille le CRH (Centre de Rencontres et d’Hébergement) Domaine de Farnières reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour le projet pluraliste qu’il développe au profit de tous les jeunes. Il est géré par des laïcs et forme tous les jeunes à la citoyenneté en proposant notamment des classes citoyennes et des activités bien ancrées dans le territoire local.

(Photo WorldSkills Belgium)

Cet excellent ambassadeur du savoir-faire salmien a été sélectionné pour participer avec quinze autres jeunes Belges au prochain WorldSkills, le championnat mondial des métiers qui aura lieu à Abu Dhabi du 15 au 18 octobre 2017.

Il avait déjà décroché une médaille d’excellence lors du championnat européen 2016.

Les 15 autres jeunes ont été sélectionnés dans des disciplines aussi diverses que la peinture – décoration, la technologie automobile, la mécatronique, l’infographie, l’imprimerie, le carrelage, la « fashion technology », etc.

Julien Neulens sera le seul représentant de la Province de Luxembourg à Abu Dhabi.

Depuis plusieurs années, il est coaché par Patrick Bergenhuizen (Don Bosco Verviers).

Une offre d’accueil touristique diversifiée (villages de vacances, gîtes, chambres d’hôtes, hôtels, campings…), c’est ce que de nombreux touristes peuvent trouver dans la Commune de Vielsalm classée première commune wallonne en nombre de nuitées touristiques.

Le village de vacances de Golonfa tant décrié lors de sa création, devenu par la suite le Sunparks Ardenne, a été et reste un atout pour le commerce et l’économie de notre commune et des communes voisines, pour les finances de notre commune aussi.

Il suffit, pour s’en convaincre, d’être à l’écoute des commerçants et des restaurateurs.

Des dizaines de Salmiens y ont trouvé un emploi et une centaine d'emplois supplémentaires seront créés dans les 12 mois qui viennent. 

(Une photo que j'ai prise il y a quelques années déjà. Depuis lors, les arbres ont grandi et on ne voit plus les cottages)

Un investissement important pour un changement de look décisif

La société française Pierre & Vacances propriétaire du Sunparks a franchi le pas de sa transformation en un Center Parks 3 étoiles, une montée en gamme pour satisfaire les exigences de sa clientèle et un choix décisif pour garantir l’avenir du site. 

Le coût des travaux est estimé à 35 millions d’euros. Sur proposition du ministre du Tourisme et des Sports de l’époque, Paul Furlan, le Gouvernement wallon a octroyé en juin 2014 une subvention de trois millions d'euros. Ce dossier porté par la majorité communale Cdh-PS de Vielsalm avec l’appui notamment de Philippe Courard et René Collin, a bénéficié également du soutien d’Idelux tout au long de son parcours du combattant, l’Intercommunale apportant également une aide financière d’un million d’euros.

L’assemblée générale du Syndicat d’initiative a eu lieu le samedi 8 avril 2017. Son président n’ayant pas pu être présent, trois des piliers du SI, Philippe Marc, l’administrateur délégué, Pierre Christophe, le trésorier et Sylvie Jankowski, la directrice de la Maison du tourisme et du SI, nous ont présenté les comptes, le bilan et les activités de 2016 de même que de beaux projets.

Une distinction à faire tout d’abord : la Maison du tourisme Haute Ardenne  gère la promotion touristique des communes de Vielsalm, Gouvy, Lierneux et Trois-Ponts tandis que le Syndicat d’initiative de Vielsalm organise des animations et activités touristiques sur le territoire de la Commune de Vielsalm.

Les deux institutions travaillent étroitement ensemble, faut-il le dire, assurant notamment une présence efficace dans des salons touristiques en Belgique et à l’étranger.

Des activités portées par le Syndicat d’initiative ont été rappelées : les balades thématiques (sur les macralles, la myrtille, les castors, l’histoire, etc.), les balades en char à bancs, les balades d’été du jeudi (dont le succès de participation, un minimum de 135 marcheurs par balade, ne faiblit pas), la participation à des événements comme la braderie, la journée du lac (le 13 août, cette année), le Beau Vélo de Ravel, des émissions TV et radio, etc.

Le Syndicat d’initiative a répondu à l’appel à projets « Tourisme – Forêt – Innovation » et a décroché le premier prix ! Il s’agit de mettre en valeur treize points d’intérêt forestier choisis en collaboration avec Jacques RONDEUX et les membres de la Commission locale de développement rural. 

C'était le 31 mars 2017. Comme président de la CSD, la Centrale de Services à Domicile en Luxembourg, j’ai accueilli les nombreux invités par un petit discours dont voici l’essentiel : « Nous fêtons la concrétisation de souhaits bien légitimes : d’une part, ceux du conseil d’administration de la CSD qui voulait consolider sa présence dans le Nord-Est de la Province et, d’autre part, les souhaits de Salmiens qui attendaient avec impatience – et depuis longtemps ! - notre service de repas chauds.

Au terme des travaux de transformation des locaux et d’une la procédure de marché public, la société coopérative à responsabilité limitée La Table des Hautes Ardennes est devenue notre fournisseur.

C’est un partenariat qui fonctionne très bien dans le respect bien entendu de l’indépendance et de l’identité des deux parties.

Les repas sont préparés à Rencheux par la fine équipe du chef Olivier Giet et distribués chauds chez les bénéficiaires grâce à un matériel performant et surtout grâce à deux collaboratrices Nathalie Hardy et Juliette Huyttens, très attentives, faut-il le dire, aux bénéficiaires et à leurs souhaits.

Bien entendu, les bénéficiaires ont accès à notre service quelle que soit leur mutuelle. »

(Après la découverte des nouveaux locaux de la CSD et, en particulier, de la cuisine-relais, sous la conduite de Guillaume Jacquemin responsable du département « repas –matériel médical – biotélévigilance » de la CSD, les invités ont pu profiter de la belle terrasse de la CSD pour apprécier le drink qui leur était offert. A noter que nous avions également le projet de créer une petite terrasse d’été non alcoolisée, mais ce projet est en suspens puisqu'un bar-sandwicherie s'est installé place de Salm peu avant l'arrivée de la CSD)

Une « conférence-débat », c’est ce qu’annonçait la Maison de la Laïcité du Val de Salm – Haute Ardenne pour le mercredi 22 mars 2017.

J’y suis allé avec quelques craintes : celles d’avoir affaire à des pinailleuses autour de thèmes archi-débattus. 

Je me trompais ...

On a eu droit de la part de Stéphanie Heyden et de Françoise Caprasse à un feu d’artifice d’humour, d’autodérision, de réparties et de sketches qui font mouche avec des références puisées dans leur vie familiale et professionnelle.

Nos deux complices ont démontré, s’il en était besoin, qu’il est possible d’aborder avec de l’humour et de l’esprit, des thèmes difficiles et graves.

Des thèmes comme le droit à l’IVG ou sa mise en cause ici et là, les violences conjugales, les violences verbales et le harcèlement, le viol, le mariage forcé, l’excision, les stéréotypes de genre …

Et encore: les emplois à temps partiels et précaires surtout réservés aux femmes, le manque de crèches, la sous-représentation des femmes dans les conseils d’administration et dans le monde politique, les inégalités salariales, et j’en passe. 

Bien sûr, elles ont souligné les progrès réalisés, mais pour ce qui est de l’égalité entre hommes et femmes, il reste encore bien du chemin à parcourir. Stéphanie et Françoise ont étayé leurs propos par des exemples concrets de chez nous et d’ailleurs.

Les religions et leur modèle patriarcal n’ont pas trouvé grâce à leurs yeux, faut-il le dire !

La maison du parc, une maison au service des citoyens…

L’inauguration récente de la maison du parc est une des grandes étapes d’un projet de développement entamé lorsque j’étais bourgmestre avec notamment l’achat d’une partie du « bâtiment Belgacom » et le lancement de l’opération de développement rural, des initiatives approuvées par l’ensemble des conseillers communaux. 

A l'étage, trois appartements "tremplins" sont destinés prioritairement à des jeunes souhaitant ultérieurement s'établir dans notre commune.

La maison du parc comporte au rez-de-chaussée de beaux espaces collectifs : une grande salle polyvalente réservée en priorité à l'école de devoirs (mais aussi d’apprentissage de la citoyenneté et de développement de la créativité de l’enfant), une autre salle modulable à l'usage des associations, une cuisine (et réfectoire pour le personnel affecté aux différentes fonctions), un cabinet de consultation (de planning familial notamment) avec salle d'attente et un local destiné à accueillir une racinothèque (un centre de documentation sur la vie et l’histoire locales en collaboration avec la bibliothèque publique).

(A l’extrême gauche, on aperçoit un bout de la verrière de la bibliothèque située à l’arrière de la maison du parc, un peu plus loin, à la gauche du kiosque, la maison de l’emploi et, dans le fond du parc, la maison communale et son extension, des réalisations auxquelles j’ai apporté ma pierre lorsque j’étais échevin ou bourgmestre)

Un projet porté par la commission locale de développement rural… 

Pour rappel, dans le cadre de l'opération de développement rural, une opération citoyenne comme on dit aujourd'hui, c’est plus de 80 projets qui, au fil de réunions de travail mobilisant une bonne centaine de citoyens ayant répondu aux invitations lancées par les autorités communales, ont été retenus dans le programme communal de développement rural.

Bon, je l’avoue. Bravo à celles et ceux qui sortent de 40 jours sans alcool. Mais moi, je n’ai pas renoncé à mon apéro quotidien. À un certain âge, on a de ces faiblesses…

À présent, c’est 40 jours sans viande. Sans attendre, je me suis précipité auprès d’elles, muni d’une canne au cas où un taureau traînerait par là. 

Je les ai un peu amadouées avant de leur apprendre la nouvelle.

Furieuses qu’elles étaient !

« 40 jours sans viande ? Et nous alors, que va-t-on devenir, avec notre belle viande fabriquée avec la bonne herbe de la Haute Ardenne et sans médocs ?

Vous pouvez même l'acheter en circuit court par exemple chez François Remacle à Goronne. Il a même un site Internet: https://www.viandesfermieres.com/contact

Et on ne vous demande même pas d’en manger tous les jours ! » 

La campagne Gay-Friendly a été lancée par la Maison Arc-en-Ciel du Luxembourg avec le soutien de la députée  provinciale Nathalie Heyard et de ses services.

14 communes ont adhéré à cette campagne jusqu’à présent. Vielsalm a été une des premières communes à soutenir le projet. La plupart des commerçants salmiens ont accepté d’apposer sur leur vitrine un autocollant symbolisant le bon accueil qu’ils réservent aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT), sans distinction, sans discrimination d’aucune sorte.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Vielsalm sous la présidence du bourgmestre,  la directrice de la Maison Arc-en-Ciel du Luxembourg a bien ciblé les enjeux de cette campagne qui a débuté en février 2016.

Marie-Ange Cornet : « La campagne gay-friendly, ce n’est pas un simple autocollant que l’on appose sur une vitre. C’est une manière de faciliter les liens, d’encourager l’ouverture d’esprit et la bienveillance. C’est une façon d’annoncer qu’ici, chacun est considéré comme l’égal de l’autre. 

Si l’on a besoin de dire cela de manière explicite aujourd’hui, ce n’est pas pour rien. Le combat pour l’égalité des chances n’est pas encore gagné. L’actualité politique mondiale le prouve… 

Mais plus près de nous, dans notre pays, dans notre province, des discriminations ont encore lieu envers la communauté LGBT. Lorsqu’une personne se rend dans un établissement gay-friendly, elle sait qu’elle entre dans un endroit où elle n’aura pas à subir de remarques ou de gestes déplacés. Et donc, l’autocollant permet de rassurer, d’instaurer un climat serein. (…) ».

Nathalie Heyard a souligné que cette campagne avait suscité de nombreux débats, notamment dans les établissements scolaires.

Pour rappel, le Fonds Benjamin Lorcé a été créé en 2008 au sein de la Fondation Roi Baudouin, à l’initiative de Madame Anne De Bremaecker, pour perpétuer le souvenir de Benjamin, une jeune et belle personnalité trop tôt disparue dans un tragique accident du travail. 

Il met à l'honneur et soutient financièrement chaque année "une personne habitant le bassin de la Lienne ou de la Salm, qui cherche à se lancer, mérite une récompense ou a besoin d’une aide suite à un accident du travail. " L’activité doit être exercée dans les secteurs de l’horticulture, de la sylviculture ou des parcs et jardins.

 

(À gauche, Manon Bernier, lauréate du prix Benjamin Lorcé 2015 et, à droite, Fanny Rion)

Fanny Rion et son entreprise Les Pieds verts à Amcômont-Lierneux 

C’est ce samedi 11 février 2017 que le prix Benjamin Lorcé 2016 a été décerné pour la 9e fois et attribué à Fanny Rion. 

Ce prix est une belle manière de prolonger la vie brisée de Benjamin, souligneront le bourgmestre de Lierneux Fabrice Léonard et Mme Anne De Bremaecker dans leurs interventions, un prix qui aidera la lauréate à réaliser les projets d'extension de sa production de plants de légumes et de fleurs biologiques.

Le début de l’année est toujours l’occasion pour la MSL, La Mutualité Socialiste du Luxembourg de réunir son personnel et ses partenaires dans le cadre d’une journée qui se veut festive et conviviale, mais qui débute par une séance académique consacrée à la présentation des valeurs, priorités et projets de la MSL. 

 

(Une vue partielle de l'assemblée pendant les exposés de la matinée)

C’est l’occasion, pour les membres du comité de direction, de faire le point sur la gestion des biens, comptes et finances de la mutualité, une gestion au plus près des intérêts de la population, de ses affiliés et de la politique de santé. Une gestion qui est aussi soumise à différents contrôles internes (comité d’audit et des risques, auditrice interne) et externes (INAMI, Office de Contrôle des Mutualités, audit de l’Union Nationale des Mutualités Socialistes, réviseur d’entreprise, etc.)…

Au-delà des chiffres, il y a la population et les affiliés en particulier dont la MSL se veut proche grâce à des contacts personnalisés, des services de proximité et des agences aux quatre coins de la Province. De nouvelles agences vont d’ailleurs être implantées notamment à Bouillon, Marche et Florenville.


Plus que jamais, les mutuelles et les organisations syndicales sont des piliers indispensables de notre société et de notre système politique. Quand la pauvreté et la quasi-pauvreté s'étendent, que les inégalités se creusent, que la précarité augmente et que l'accès aux soins de santé est de plus en plus difficile pour bon nombre de concitoyens, leur présence sur le terrain et leurs actions politiques et sociales sont essentielles.

Une cotisation à 9 euros (assurance complémentaire), 65.116 titulaires, 101.066 bénéficiaires, 515 collaborateurs (MSL et associations partenaires): des chiffres positifs !

Chaque année, la MSL  met à l’honneur, à l’occasion de cette journée, une de ses associations partenaires dont elle soutient les activités.

Après l’ASBL Choisir (planning familial, centre IVG) et la société coopérative Point de Mire et ses opticiens, c’est l’ASBL Au Fil des Jours qui, avec son personnel administratif et infirmier ainsi que ses volontaires, a été mise à l’honneur.

Depuis une dizaine de jours, les skieurs, promeneurs et autres lugeurs ont pris d’assaut le site de la Baraque de Fraiture, les hôtels, les chambres d’hôtes et les gîtes de la région.

Pour passer prendre quelques photos et dire bonjour à l’équipe de Michel Detaille (avec Mado notamment aux fourneaux et au bar), je me suis bien gardé d’y aller le week-end au vu des interminables files de voitures à ce point nombreuses que l’autoroute E 25 a été quasiment bloquée pendant quelques heures . 

Ce mercredi 18 janvier, vers 10 h 30, je suis donc passé par là, évitant de justesse le rush de fin de matinée.

Quelques belles journées sont encore annoncées : avis aux amateurs !

Du sport toute l’année !

On trouve déjà sur le site des chemins et sentiers de promenade, une très belle plaine de jeux, un terrain multisports, des pistes de vélo de descente, une piste pour BMX et un skatepark orienté BMX. 

Récemment, le ministre René Collin, lors d’une conférence de presse à l’Auberge du Carrefour, a annoncé l’octroi d’une subvention de 45.000 euros pour valoriser le site. L’ASBL Piste de ski de la Baraque de Fraiture et la Maison du tourisme de la Haute Ardenne se sont associées pour développer un plan de communication et de valorisation du site, des événements et des activités sportives, touristiques ou de loisirs qui y sont et qui y seront organisés.

Un petit rappel tout d’abord : l’ASBL La « S » Grand Atelier est née à Rencheux au départ du centre d’expression et de créativité (le CEC) de l’ASBL Les Hautes Ardennes dont elle poursuit les activités (ateliers artistiques pour enfants et adultes porteurs ou non d’un handicap). Ce sont des dizaines d’artistes en tous genres qui fréquentent les ateliers du CEC.

(Recherche et création pour Éric Derochette, artiste de La "S" Grand Atelier) Mais La « S » Grand Atelier, c’est aussi une sorte de laboratoire où se rencontrent, lors de résidences d’artistes, des artistes handicapés mentaux (dits outsiders) et non handicapés (dits contemporains), comme on peut le lire sur le site de l'ASBL, dans le plus grand respect de la liberté et de la créativité de chacun.

De ces rencontres, naissent des collaborations, des amitiés, des œuvres aussi qui font l’objet d’expositions en Belgique et à l’étranger. 

L’activité artistique sur le site de Rencheux ne concerne pas que les quelques artistes que je vais citer. Nombreux sont celles et ceux qui n’ont pas leur rayonnement international et qui n’en produisent pas moins des œuvres qui traduisent un véritable élan créateur et imaginatif.

Dans une interview publiée dans La Libre Essentielle, Luc Bolland, auteur d'un film sur son fils Lou atteint d'une maladie orpheline depuis sa naissance, déclarait ceci: « En fait, nous sommes tous des handicapés. Nous avons tous nos différences. Mon fils est un être différent : d'un point de vue rationnel, ce n'est pas évident ; mais d'un point de vue imaginatif, c'est incroyable ce qu'il peut nous apprendre. Il faut le voir créer. »

Plus encore que les années précédentes, 2016 a été marquée par des réalisations artistiques de grande valeur (expositions, livres, vidéos) qui ont permis à notre ASBL salmienne d’être connue et reconnue en Belgique et à l’étranger.

Qu’on en juge ! 

(Dominique Théâte)

Les œuvres de Joseph Lambert, Éric Derochette et Éric Derkenne sont exposées à la galerie Cavin-Morris et à l’Outsider Art Fair (New York). Celles de Laura Delvaux et Dominique Théâte à la galerie Christian Berst à Paris et celles d’Irène Gérard chez Rizomi à Parme.    

Pages